desespoir-pixabay
Vivre à Oxford

Ces gens insupportables à la caisse

Depuis plusieurs semaines, je suis l’heureuse nouvelle recrutée du magasin Primark d’Oxford. Affectée pour mon plus grand bonheur à la caisse (humour, j’ai voulu me tirer au bout d’un jour), je suis confrontée chaque jour à des dizaines de clients. Si la plupart du temps, ils sont plutôt sympathiques, je fais aussi face régulièrement à des gens légèrement insupportables. Florilège.

Les gens au téléphone

Parmi les comportements pas très agréables, celui qui revient le plus souvent, ce sont les clients au téléphone. Certaines personnes ne sont pas du tout dérangées d’avoir leur petite conversation privée juste en face de moi. Dans ces cas là, la plupart oublient les basiques de la politesse. Ton bonjour-merci-au revoir, tu peux te le mettre où je pense. Le pire, c’est que ça te met face à de moments de solitude extrême, par exemple quand tu réponds à une question d’un client qui faisait en fait partie de sa conversation téléphonique.

Les gens qui t’ont pris pour une encyclopédie

Alors j’ai pris ces différents lots de culottes. Pouvez-vous m’indiquer jusqu’à quelle hauteur par rapport au nombril chaque culotte va ? Quand sera livré à nouveau ce petit pull jaune bien précis qui coûte 5 livres ? Et au fait, j’ai une carte bancaire internationale, quels sont les frais qui me seront appliqués ? Quoi, comment ça vous ne savez pas ???!!  Ben oui, il y a des centaines d’articles en magasin, avec des nouveautés tous les jours, alors non, je ne connais pas le positionnement de chaque culotte par rapport au nombril, ni la date de livraison de chaque article, pardon. Eh oui, il y a des frais bancaires qui s’appliquent quand on paye à l’étranger, mais je ne connais pas les taux appliqués par chaque banque. Bref, voilà le genre d’exemples où les gens estiment logique que tu connaisses toutes les informations qui touchent de près ou de loin le magasin où tu travailles.

Les gens qui balancent

Alors ça, j’adore. Quand le client te balance à la figure ses achats ou l’argent pour payer. Ou les deux parfois aussi. À croire que ces personnes pensent que les hôtesses de caisse sont juste des sortes de réceptacles. Ça fait toujours plaisir d’être autant considéré. Dans ces moments-là, j’ai juste envie d’hurler Je suis un être humain doté de sentiments, pas une caisse automatique ! Mais faut le sortir en anglais donc bon…

Les gens qui volent mais qui n’assument pas

Petite anecdote. Je finis d’encaisser une cliente et là, mon superviseur se pointe derrière moi et me demande si je viens bien d’encaisser des bottes. Je confirme, il regarde dans le sac, sort les chaussures et demande à un mec de la sécurité une confirmation. Dans les chaussures, bien enfoncée devant, une paire de boucles d’oreilles était cachée. Il réclame donc des explications à la cliente, puisque si la sécurité avait donné l’alerte, c’est qu’ils l’avaient vu planquer le bijou. Réaction de la cliente alors qu’elle s’est fait gauler ? Gros scandale, elle n’a pas arrêté de se plaindre tout en payant les boucles d’oreilles et est partie sans un regard. Moi ça m’a laissé sans voix.

Les gens qui ne réfléchissent pas avant

C’est assez impressionnant le nombre de gens à Primark qui décident des articles qu’ils vont prendre seulement une fois arrivés à la caisse. Alors quand c’est un article ça passe, mais c’est parfois cinq-six articles. Ça me fait penser à la fois où une cliente arrive avec un gros tas de vêtements et me dit qu’elle est pressée. Pourtant, elle me demande de vérifier sur ma caisse le prix de chaque article. À chaque prix que je lui annonce (et d’ores et déjà indiqué sur le vêtement), elle réfléchit et me dit qu’elle n’en veut plus. À la fin, elle a pris un t-shirt qui coûtait 2,50 £… qu’elle m’a payé avec un billet de 50 £…

Et sinon ?

Bon, j’ai vraiment relevé des comportements qui sont minoritaires. La plupart des clients sont agréables, et sont même quelques fois adorables. Un jour, une femme m’a dit avant de partir que j’avais un magnifique sourire. Ce n’était pas grand-chose, mais ça m’a vraiment touchée. Ici, je trouve les gens sont beaucoup moins pudiques pour faire des compliments à des inconnus.

Autrement, je survis à ma caisse. Globalement, ça va beaucoup mieux, je suis à l’aise, j’arrive de plus en plus à discuter avec les clients et mes collègues, je quitte régulièrement mon poste pour effectuer d’autres missions… J’ai même assisté à un entretien d’embauche en tant que traductrice ! Au niveau de l’ambiance, que ce soit collègues ou managers, tout le monde est toujours aussi sympa et détendu. J’attends toujours une nouvelle affectation. La suite au prochain épisode !

PARTAGER L'ARTICLE
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

2 commentaires

Laisser un commentaire