Warwick Castle
Voyages

Une journée au Warwick Castle

Quand nous nous sommes rendus au Warwick Castle mi-mars, je n’avais pas vraiment réalisé qu’il s’agirait de notre dernière vraie sortie avant un long moment. Si l’ombre du COVID-19 planait au-dessus de nos têtes, elle ne nous a heureusement pas empêchés de savourer notre petite expédition.

Le Warwick Castle

Le Warwick Castle est l’un des plus anciens châteaux de Grande-Bretagne. Il a été développé à partir d’un fort en bois, construit par Guillaume le Conquérant en 1068. Le château d’origine a été reconstruit en pierre au 12e siècle.

Il s’agit d’une des attractions phares dans les environs d’Oxford. Nous avons pris tôt le matin le train en direction de Warwick, afin d’avoir la journée pour profiter des lieux.

Un donjon à l’air de déjà-vu

Le château recèle d’activités, la principale étant son donjon (accessible en payant un supplément).

Dans l’esprit du York Dungeon que nous avions découvert lors de notre weekend à York, le Castle Dungeon propose un parcours effrayant, animé par des acteurs en costumes d’époque. Leur but est de faire voyager les visiteurs à travers les temps les plus sombres de l’histoire du château tels que la Peste, la sorcellerie, la torture…

C’est sympathique, mais ayant déjà fait un donjon de la marque Merlin Entertainments, c’était très répétitif. Et le budget pour les accessoires était clairement à revoir. L’intérêt principal réside dans le fait qu’il s’agit du seul moyen pour visiter cette partie des donjons.

Le plus effrayant finalement, c’était la vieille dame à côté de nous qui n’arrêtait pas de tousser. La pauvre, elle était tellement gênée d’être entourée de regards terrifiés qu’elle a manqué de s’étouffer dans son mouchoir.

Le coronavirus n’est jamais loin

Au-delà du fait qu’en temps normal, personne ne s’alarmerait de voir quelqu’un tousser, le COVID-19 avait commencé à laisser ses marques. Un peu partout dans et autour du château, des distributeurs de gel hydroalcooliques avaient fleuri. Alors bien sûr, dis maintenant, ça ne paraît pas bien extraordinaire, mais mi-mars, c’était une démarche qui nous a interpellés.

Du coup, une petite giclée de gel plus tard, nous sommes partis à l’assaut des autres parties du château.

Le château de l’intérieur

Nous avons commencé la visite à proprement parler par la prison, localisée dans le donjon du château d’origine. Accessible par une trappe dans le sol à la base d’une des tours, une volée de marches fournit le seul moyen d’entrer et de sortir de la prison. Un endroit charmant.

Nous avons ensuite profité de l’attraction Kingmaker, une reconstitution des préparatifs d’une bataille. Le parcours est plutôt bien fait, avec des mannequins à taille réelle des différents corps de métiers de l’époque, animé par des sons et des odeurs de l’Angleterre médiévale.

Une partie des pièces de château ont été aménagées pour raconter la vie quotidienne des lieux du 15e au 19e siècle. Le grand hall est particulièrement saisissant avec sa collection d’armures et d’armes. Les pièces retracent l’histoire de ceux qui y ont vécu ou qui y ont séjourné. J’ai beaucoup aimé la bibliothèque et la richesse des décorations en général.

Des extérieurs pleins de vie

Les extérieurs du château sont aussi bien animés. En nous promenant à travers le domaine, nous avons rencontré un archer en pleine séance de tir. Le pauvre était complètement ignoré par les visiteurs, du coup nous sommes restés un peu pour l’applaudir et l’encourager. C’est à partir de ce moment-là qu’il a commencé à foirer ses tirs.

Nous avons aussi croisé le chemin de nombreux paons qui ont visiblement leur quartier au château. Imperturbables, ces majestueux volatiles se dandinaient tranquillement parmi les visiteurs.

Avant d’aller plus loin, nos estomacs nous ont traînés de force dans le café au milieu du parc pour profiter d’un copieux afternoon tea.

Nous avons continué jusqu’au moulin, l’occasion de faire une jolie promenade le long du cours d’eau.

Un peu plus tard, nous avons assisté à un spectacle d’acrobaties aériennes performé par différentes espèces d’oiseaux de proie. J’ai bien apprécié la performance, en particulier parce que les fauconniers semblaient passionnés et concentrés sur le bien-être des oiseaux. Chaque animal était présenté individuellement avec de nombreux détails sur ses capacités et son caractère.

En revenant dans l’enceinte du château, nous avons observé un monticule de terre au coeur de l’histoire du site. Il s’agit de la partie la plus ancienne qui subsiste depuis la construction du château en 1068.

Pour terminer la visite en beauté, nous avons pris de la hauteur par les remparts datant du 14e-15e siècle qui offrent une jolie vue sur le domaine et la ville de Warwick qui s’étend autour.

La ville de Warwick

Nous avons passé la soirée dans Warwick, une ville ravissante avec ses jolies ruelles, ses maisons anciennes et son adorable petit cimetière. Quand j’y pense, c’était notre dernière fois dans un centre-ville, dans un pub ou encore un restaurant avant un bon moment… Liberté chérie, tu me manques, on se revoit vite.

Informations pratiques

Pour nous rendre au château, nous avions environ 30 minutes de train depuis Oxford, puis 15 minutes de bus.

Warwick CastleLe coût du billet d’entrée varie en fonction des saisons. Étant encore en saison hivernale et ayant des tarifs préférentiels avec mon travail, nous avons payé 13£ par personne (donjon inclus). Dans tous les cas, il est plus avantageux de réserver sa place en ligne.

La visite occupe toute la journée si, comme nous, vous faites toutes les activités. C’était un bon moment, l’endroit est idéal pour les familles.

PARTAGER L'ARTICLE
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire