northern-quarter-manchester
Voyages

Un weekend à Liverpool & Manchester

En Angleterre, le premier lundi de mai est férié. La parfaite occasion pour profiter d’un weekend de trois jours à Liverpool et Manchester. C’est parti pour la découverte de deux villes qui n’ont pas toujours bonne réputation et qui sont souvent exclues des itinéraires touristiques classiques…

Welcome to Liverpool

Après trois heures de train, nous sommes arrivés le vendredi soir à Liverpool… sous la pluie. Pourtant dès la sortie de la gare, j’ai trouvé que cette ville dégageait de bonnes ondes. Pour rejoindre notre hôtel, nous avons longé les bars ambiancés par des groupes de musiques. Une femme, nous voyant passablement mouillés avec nos valises, nous a lancé un « Welcome to Liverpool ! ». Ma foi, merci, vivement le lendemain pour en découvrir un peu plus.

St Luke’s Bombed Out Church

Nous avons commencé la journée du samedi par la St Luke’s Bombed Out Church. Nous sommes tombés un peu par hasard sur ces ruines d’une église anglicane.

Elle a été en bonne partie détruite par les bombardements allemands lors du Liverpool Blitz en 1941.

Après Londres, Liverpool a été la ville du pays la plus bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ces vestiges, en plein milieu de la ville, sont à présent un mémorial de ces heures terribles.

Liverpool’s Anglican Cathedral

Nous avons continué notre parcours ecclésiastique par la Liverpool’s Anglican Cathedral. Il s’agit de la plus vaste cathédrale anglicane du Royaume-Uni et d’une des plus grandes au monde.

L’intérieur est à la fois immense et en même temps plutôt vide selon les endroits. Un peu partout, des dispositifs numériques permettent d’en apprendre plus sur le monument.

J’ai particulièrement aimé le néon rose avec l’inscription I felt you and I know you loved me. Assez surprenant à voir dans une église. Mais pas tant que ça quand on sait qu’il y avait aussi un café en plein milieu.

Ma pièce préférée était sans conteste la Lady Chapel, particulièrement visuelle depuis le balcon.

St James’ Cemetery

L’édifice est entouré par le St James’ Cemetery. Pour moi qui adore tout particulièrement les anciens cimetières anglais, j’étais aux anges.

Loin d’être des lieux funestes, ce sont des endroits à la fois sauvages et pleins de vie. Sauvages, car le positionnement des pierres tombales est plutôt anarchique et que la nature y a pleinement ses droits. Pleins de vie, car ils sont souvent en même temps un parc où il est possible de se balader.

Liverpool Metropolitan Cathedral

Plus tard, nous avons jeté un coup d’oeil à la Liverpool Metropolitan Cathedral. Oui, oui, il s’agit bien d’une église catholique et non d’un tipi de pierre et de métal. À l’intérieur, la nef est circulaire, ce qui donne une atmosphère plutôt intimiste.

World Museum Liverpool

Dans l’après-midi, nous sommes allés au World Museum Liverpool. Ce n’était pas tant les collections du musée qui nous intéressaient, davantage orientées pour un public d’enfants, mais plutôt le planétarium au dernier étage.

Toute la journée, différentes projections sont proposées, moyennant 3 £ par personne. Nous avons assisté au tout nouveau spectacle, CapcomGo! Race to the Moon, qui raconte les étapes qui ont mené l’Homme à faire son premier pas sur la Lune. C’était vraiment sympa à faire.

Avant de repartir, nous avons fait le tour de l’exposition temporaire sur les plus belles photos d’astronomie de l’année. Les clichés présentés étaient sublimes, entre étoiles, voie lactée, aurores boréales…

Saint Georges’s Hall

Pas très loin se trouve un immense édifice néoclassique. Il s’agit du Saint George’s Hall. Dès l’arrivée, nous avons été pris en main par un guide qui nous a fait une petite visite.

La particularité du bâtiment est qu’il a été construit pour répondre à un double besoin de cours de justice et d’auditorium.

Il y a donc, d’un côté des cellules pour les prisonniers menant à un tribunal, et de l’autre, une magnifique salle de concert.

Un mélange des genres plutôt surprenant ! Rassurez-vous, on n’y trouve plus aucun prisonnier de nos jours. Le bâtiment sert à présent à organiser divers évènements et même à accueillir des mariages.

Bluecoat Arts Center

Ce qui est génial avec Liverpool, c’est que la ville regorge de lieux inattendus. Le Bluecoat Arts Center en est un parfait exemple. Cette ancienne école abrite des expositions temporaires, des ateliers d’artistes, ou encore un bar ouvert sur le jardin de la cour intérieure. Bon, après, pour être honnête, les oeuvres exposées étaient plutôt perchées.

Les docks

Nous avons passé la soirée aux docks. C’est cette partie de la ville qui l’a fait à présent rayonner.

Albert Dock a même été classé au Patrimoine de l’UNESCO. Abîmé par les bombardements de 1941, puis délaissé, ce complexe a été complètement réhabilité. On y trouve maintenant une multitude de restaurants, bars, hôtels et musées. C’est là que nous avons dégusté des tapas cubains, dans le restaurant la Revolución de Cuba.

Avant de nous rediriger vers le centre-ville, j’ai profité de la sublime lumière de fin de journée pour prendre quelques clichés.

Cavern Club

Impossible d’être à Liverpool sans vibrer au son des notes de musique. Après tout, c’est quand même ici que sont nés les Beatles ! Nous avons fini la soirée dans le mythique Cavern Club, là où ils ont joué des centaines de fois au tout début de leur carrière. Pas de Beatles à l’horizon bien sûr, mais encore et toujours du rock’n’roll !

Nous avons assisté à deux concerts dans une ambiance vraiment top. La moyenne d’âge n’était pas spécialement jeune, mais pas de doute, les locaux savent s’amuser. Nous étions plus particulièrement entourés de groupes d’enterrements de vie de jeunes filles passablement alcoolisés. Le plus drôle, c’est quand un EVJF d’asiatiques à débarqué, une douzaine de filles avec des oreilles roses de lapin. Une super soirée en définitive.

Chinatown

Le lendemain matin, nous sommes rapidement passés dans le quartier chinois.

C’est à cette occasion que nous avons appris qu’il existe à Liverpool la plus ancienne communauté chinoise d’Europe.

L’arche qui marque l’entrée de Chinatown est particulièrement impressionnante. C’est d’ailleurs la plus grande arche au monde de ce type en dehors de la Chine.

The Beatles Story

De retour du côté d’Albert Dock, nous sommes allés à The Beatles Story, le musée qui retrace le parcours des Beatles.

Malgré le prix d’entrée particulièrement prohibitif (17 £ par personne), il y avait une marée de visiteurs. À croire que tous les touristes de Liverpool s’étaient donnés rendez-vous là.

Grâce à l’audio guide inclus, nous sommes remontés dans le temps en commençant par l’enfance des Fab Four.

Puis, les premiers concerts, dont ceux au Cavern Club, leur passage à Hambourg, la relation avec leur manager Brian Epstein, le légendaire studio d’Abbey Road où le groupe a enregistré quasiment tous ses albums, la pochette de Sergent Pepper… jusqu’à leur séparation en 1970.

Le musée se termine sur leurs carrières solos respectives et, enfin, plus tristement, sur la mort de John Lennon, assassiné par un fan en 1980.

La dernière pièce est une reconstitution de la salle blanche dans laquelle le clip de la chanson Imagine a été tourné. Le tout en musique bien sûr.

Des mélodies plein la tête, nous avons récupéré nos valises pour nous diriger vers la gare et attraper notre train pour Manchester.

Comme un goût d’Italie

40 minutes plus tard, nous voilà à Manchester. Notre première découverte a été gustative avec le concept surprenant du restaurant italien Vapiano.

À l’arrivée, on nous a donné une carte magnétique. Le principe est de choisir son plat sur la carte, d’aller à un des comptoirs et de passer sa commande. Une fois la carte scannée pour y ajouter le plat, un cuisinier a réalisé la recette sous nos yeux en direct.

Le restaurant est spécialisé dans les pâtes fraîches, et c’était vraiment délicieux. À la fin, il suffit d’aller présenter sa carte à la sortie et de payer l’addition.

John Rylands Library

Le ventre bien rempli, nous nous sommes dirigés vers la John Rylands Library. Cette bibliothèque est tout simplement magnifique. Un incroyable écrin pour les étudiants qui travaillent là.

Town Hall

Nous sommes ensuite passés devant le Town Hall. Cet impressionnant bâtiment néo-gothique est plutôt majestueux avec la jolie place à ses pieds. Malheureusement, nous n’avons pu entrer visiter l’intérieur. D’importants travaux de rénovation sont en cours. Du coup, il faudra revenir en 2024 !

Northern Quarter

Puis, nous avons passé un moment à arpenter les rues du Northern Quarter. La particularité de cette partie de la ville est que le street art a envahi les murs et façades. Ça m’a rappelé le quartier de Stokes Croft à Bristol.

L’endroit fait aussi penser au vieux New York comme nous l’a expliqué une Française qui vit sur place. C’est pourquoi ses rues ont déjà été utilisées pour le tournage de film comme Captain America: The First Avenger ou plus récemment un spinoff de SpiderMan avec Jared Leto.

Il y avait même ce très beau dessin d’Aria, personnage phare de la série Game of Thrones. On est loin du petit graffiti de bas étage.

Après avoir sillonné le quartier en large et en travers, nous avons testé un des bars, le Hold Fast Bar, qui propose des jeux de société et des consoles vintage en libre accès. J’aime beaucoup ce genre d’endroit, il faut dire que j’ai mis la pâtée à Mathieu sur Mario Kart donc bon…

The Printworks

Un peu plus tard, nous sommes tombés par hasard sur un bâtiment tout à fait particulier, The Printworks. Cette ancienne imprimerie a été complètement réhabilitée pour accueillir divers bars et restaurants.

Il y a même un mini-golf dedans. Impossible pour nous de résister à une petite partie. Le parcours sur le thème inca était plutôt sympathique, même si cette fois c’est moi qui ai perdu (il faut bien que je laisse Mathieu gagner de temps en temps).

Nous avons passé la soirée dans le coin et nous avons testé notre premier sushi-bar. Fans invétérés de nourriture japonaise, nous n’avions jamais essayé le concept d’attraper au vol les petites boules de riz qui pouvaient nous faire envie. Plutôt sympa, surtout que l’addition a été mal calculée, et hop 10 £ de réduction pour bien finir la journée.

Architecture en folie

Le lendemain, nous avons commencé par observer une des particularités de Manchester, son florilège architectural. Il y a en pour tout les goûts, du Néo-Gothique, du Gothique, de l’Art nouveau, de l’Art déco, du néo-classique, sans oublier de l’architecture moderne… Et ce qui est vraiment saisissant, c’est que tous ces édifices tellement différents cohabitent les uns avec les autres dans une joyeuse cacophonie.

Ce qui nous a aussi particulièrement marqués, c’est la hauteur globale des bâtiments. Je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà été dans une ville en me sentant tellement petite, non pas seulement dans un quartier spécifique, mais bien dans la majorité de la ville.

Les abeilles, symbole de la ville

manchesterEn se promenant, difficile de les manquer. Les abeilles sont partout, sur les poubelles, les lampadaires, les bacs à fleurs, les murs grâce au street art et même dans le blason de l’Université de Manchester.

En effet, l’abeille ouvrière est l’un des symboles les plus connus de Manchester. Il a été adopté pendant la révolution industrielle et symbolisait le travail ardu des habitants à cette époque.

Après l’attentat à la bombe de la Manchester Arena en 2017 qui a fait des dizaines de morts, l’emblème de l’abeille a gagné en popularité en tant que symbole public de l’unité contre le terrorisme. Suite à ça, le Manchester Tattoo Appeal a incité les salons de tatouage à offrir des tatouages ​​d’abeilles afin de collecter des fonds pour les victimes de l’attentat.

Science and Industry Museum

Ayant choisi la majorité du programme du weekend, une bonne partie de notre dernière journée était consacrée à Mathieu avec le Science and Industry Museum. Je peux vous dire qu’il était comme un dingue, complètement dans son élément.

Ce musée, comme son nom l’indique, est dédié aux sciences et à l’industrie, le tout dans des entrepôts réhabilités. C’est là aussi que se tenait la première gare ferroviaire au monde dont il subsiste les bâtiments.

La visite commence fort avec une réplique de Baby, le premier ordinateur au monde, conçu à Manchester en 1948. J’ai cru que je n’arriverais jamais à détacher Mathieu de ce colosse de composants informatiques.

Le musée est divisé en plusieurs thématiques : le gaz et l’électricité, l’industrie textile et ses immenses machines, ou encore l’aviation et l’espace avec son hagard rempli d’engins volants.

Nous avons même vécu l’expérience en réalité virtuelle d’un atterrissage à bord d’une capsule spatiale, commenté par l’astronaute Tim Peake.

Ce musée est vraiment génial, à la fois visuel et instructif. La muséographie est bien pensée, avec de nombreux dispositifs numériques et interactifs. Pour ne rien gâcher, l’entrée est complètement gratuite, nous avons seulement payé pour la simulation en VR (6 £ par personne).

Autrement, il nous est arrivé une petite anecdote rigolote. Pour le déjeuner, nous sommes allés dans le bistro du musée. Mathieu a commandé une pizza, il a reçu un burger à la place. Pour s’excuser, le manager nous a offert une boisson. Du coup, j’ai commandé un thé… et j’ai reçu un café.

Manchester Art Gallery

Il était déjà tard au moment de quitter le musée, mais nous avons quand même réussi à profiter d’une demi-heure dans la Manchester Art Gallery.

Bon, bon, la peinture et les arts décoratifs, ce ne sont pas tout à fait nos tasses de thé. Mais nous avons eu la chance d’accéder à une incroyable exposition temporaire qui se finissait ce jour-là.

À l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, l’exposition proposait 12 magnifiques de ses dessins sur la thématique du corps. Ces oeuvres permettent de démontrer l’utilisation du dessin par l’artiste pour acquérir une compréhension inégalée de l’anatomie humaine.

Gay Village

Nous avons fini notre découverte de la ville par le Gay Village. C’est un quartier avec de nombreux bars et restaurants LGBT, très animé le soir.

manchester-gay-villageDans un petit parc, nous sommes passés devant le mémorial Alan Mathison Turing. Ce mathématicien britannique est tout simplement le père de l’informatique.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il a joué un rôle déterminant dans le décryptage de la machine Enigma utilisée par les armées allemandes pour le chiffrement et le déchiffrement des communications. Je vous conseille d’ailleurs le film The Imitation Game qui raconte cette histoire.

Malheureusement, son travail n’a jamais été reconnu de son vivant à cause de son homosexualité qui l’a conduit en cours de justice.

Pour éviter la prison, il choisira la castration chimique. En 2013, la reine Élisabeth II l’a reconnu comme héros de guerre et l’a gracié à titre posthume.

Après ce dernier tour, nous avons repris le train pour rentrer à Oxford.

Un weekend fantastique

Ce weekend de trois jours était vraiment extra. Les quelques a priori que nous pouvions avoir au départ ont été terrassés. J’ai tout particulièrement aimé l’atmosphère de Liverpool. Je trouve que ces deux villes valent totalement le détour, j’espère que cet article vous en aura convaincu !

 

Retrouvez toutes les photos du weekend dans la partie photographie du site : Liverpool & Manchester.
PARTAGER L'ARTICLE
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

2 commentaires

Laisser un commentaire