Expatriation

Ça y est on déménage

Après plusieurs semaines d’attente, le grand départ est enfin arrivé ! Nous sommes partis sur la route menant à notre nouvelle vie le 25 septembre.

Tetris Kangoo

Nous avons choisi de faire le trajet en voiture, à la fois pour nous permettre d’emporter un maximum d’affaires, mais aussi pour transporter plus confortablement notre gros matou Gandalf.

Mon cher beau-papa nous a prêté pour l’occasion sa super kangoo. Véhicule pas très sexy, mais au combien pratique ! On a pu charger tout ce qu’on voulait emmener : vêtements, vaisselle, électroménager, informatique, vélo… Malgré les copains septiques, tout est rentré grâce à un Tetris optimisé au millimètre !

Le trajet

De Rouffach à Oxford, nous avions environ 10 heures de trajet. Mais ça bien sûr, c’était sans compter les pauses nécessaires, l’attente à l’Eurotunnel et les quelques bouchons autour de Londres.

Globalement, tout s’est bien déroulé. Nous sommes passés par Reims afin d’éviter les routes parfois laborieuses de la Belgique. On a pris le Shuttle à Calais. Nous avions acheté notre billet à l’avance. C’est préférable pour être sûr d’avoir une place dans le train souhaité. C’est au moment de la réservation d’ailleurs que nous avons appris qu’en fait, on ne roule pas dans l’Eurotunnel ! En fait, on monte dans un train, tel un ferry sous terre.

À noter que le transport du chat nous a été facturé 26 € en plus. Il a aussi fallu se présenter à un centre de contrôle des animaux où son passeport qui mentionnait sa vaccination contre la rage et sa puce ont été vérifiés.

Au final, en partant à 8h, nous sommes arrivés à 19h30 (heure locale), soit environ 12h30 de trajet. Enfin, sans compter le trajet de retour. Parce que cette voiture, il fallait bien la ramener. Mathieu a donc dû faire le trajet inverse le lendemain et prendre un vol pour rentrer à Oxford.

Concernant Gandalf, il a été adorable pendant tout le trajet. Nous qui avions même prévu des alèses au cas où, histoire qu’il ne se noie pas dans son pipi, même pas besoin. Il a tranquillement dormi dans sa cage de transport, le stress de la route camouflé par une bonne vieille couverture.

L’emménagement

L’état des lieux d’entrée n’a pas du tout ressemblé à une remise de clés comme on a pu les vivre en France.

L’agent immobilier nous a tendu une tablette avec un document de 52 pages mentionnant les photographies de toutes les fissures, tâches, impacts présents dans l’appartement. Nous avons dû vérifier que rien n’avait été oublié. Même les endroits mal nettoyés étaient mentionnés. Après ces vérifications, nous avons enfin eu les clés.

Du coup, ça y est, on est chez nous ! Maintenant il nous faut affronter la masse de démarches administratives à effectuer X__X

PARTAGER L'ARTICLE
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire